Oeuvre dramatique

10,00 € l'unité

La Forêt qui scintille

Milena Marković

Au bord d’une route, à la lisière de la forêt, un bar improbable. Une chanteuse, Maca, beauté sur le déclin à la voix rauque, un entraîneur déchu désormais videur, rongé par l’alcool et amoureux de Maca, un ancien toxicomane, un groupe de jeunes filles, parmi lesquelles une enfant, dans un camion arrêté le long de la route, parties pour voir quelque chose, gagner quelque chose, vivre quelque chose, et qui finiront probablement sur un trottoir, quelque part en Europe. Des personnages au bord du monde qui se croisent, s’affrontent et s’ignorent jusqu’au petit matin. Cette pièce courte au cadre restreint, ces personnages et les thèmes abordés, rencontre improbable entre un bus de prostituées en transit et les occupants d'un cabaret en déshérence, laissent entrevoir de solides possibilités de mise en scène. La création de La Forêt qui scintille, en 2009 à l'Atelier 212 de Belgrade, par l'étonnant Tomi Janežić, a été qualifiée de « meilleur spectacle jamais accueilli au BITEF ».

12,50 € l'unité

Vivra

Dominique Dolmieu,Mouradine Olmez,Bleuenn Isambard

Beslan, 1er septembre 2004. Plus d'un millier d'enfants et d'adultes sont pris en otages le jour de la rentrée scolaire dans une école d'Ossétie-du-Nord, dans le Caucase, par un groupe de terroristes réclamant le retrait des troupes russes de Tchétchénie. Pendant trois jours, les otages sont entassés dans un gymnase, dans une chaleur étouffante, sans eau ni nourriture. Refusant toute négociation, les forces russes finissent par donner l'assaut en tirant à l'arme lourde. Le bilan sera de 334 morts, dont 186 enfants. Tous les preneurs d’otages sont tués, sauf un. Traduit en justice, il plaide innocent. Ce procès sera le seul mené concernant ces événements. Malgré les demandes des familles des victimes, aucun responsable politique ou militaire ne répondra de cet assaut devant la justice. Cette pièce de théâtre documentaire, commande de la Maison d’Europe et d’Orient, a été écrite d’après les minutes de ce procès, qui a permis un travail d'analyse du processus qui avait déjà mené à une tragédie similaire dans un théâtre de Moscou en 2002. Elle est une contribution à la recherche de la vérité et à la mémoire des victimes.

17,00 € l'unité

Le Colonel-oiseau / Orchestre Titanic

Hristo Boytchev

Un psychiatre est envoyé à la tête d'un hôpital psychiatrique installé dans un ancien monastère, isolé au fin fond d'une forêt balkanique, où une poignée de malades, abandonnés de tous, survit tant bien que mal. Une nuit, un parachutage d'aide humanitaire, destiné à la Bosnie en guerre, atterrit non loin par erreur. Revigoré par cet extraordinaire cadeau du ciel, un des pensionnaires, ancien colonel de l'armée soviétique, prend alors les affaires en main. Artistes maudits, fonctionnaire déchu, etc., l'Orchestre Titanic réunit une poignée de laissés-pour compte, passablement alcooliques, réfugiés dans une gare désaffectée. C'est donc en vain, mais avec ferveur, qu'ils attendent le train qui leur permettra de refaire surface. Jusqu'au jour où le flamboyant Hari Houdini, illusionniste tout aussi alcoolisé, débarque sur le quai. Dans un feu d'artifice de tours de magie, il entraîne alors les cinq compères dans un voyage invraisemblable, fait d'espoir et d'imagination. Comme à son habitude, Hristo Boytchev nous propose ici deux miniatures sociales, riches en observation, chargées de tendresse, d'émotion, et surtout d'humour et de poésie.

19,00 € l'unité

FUCK YOU, Eu.ro.Pa ! / Sans sucre / A(II) Rh+ / Mères sans chatte

Nicoleta Esinencu

Histoires de famille ou chroniques du passage de l’égide communiste au consumérisme occidental. La radicalité des propositions dramatiques de Nicoleta Esinencu et le langage cru de ses personnages font d’elle une artiste clairement provocatrice. Mais il s’agit de faire acte de citoyenneté, et d’appeler tout un chacun à  réagir ; l’auteure choisit le mode de l’adresse directe et une parole musclée pour réveiller les consciences et engager le dialogue. Il est bien question de la main du flic du quartier dans la culotte d’une gamine, de sacs de merde jetés par la fenêtre, ou de bousiller du nègre. Nicoleta Esinencu aimerait « chier sur l’Europe », sur le capitalisme, le communisme, sur l’homophobie, le racisme, le machisme, la violence conjugale et la pédophilie. (Veronika Boutinova)

15,00 € l'unité

L'Encyclopédie du temps perdu

Slobodan Šnajder

Gregor Samsa, personnage d'une vie ordinaire, a participé, en tant qu'ouvrier sidérurgiste, à l'effort national de la Yougoslavie communiste, quarante ans durant, à la sueur de son front. Il voit ses convictions s'effondrer avec la privatisation de son usine. Alors que l'usine va être bradée pour un euro symbolique, il est pourchassé par la Mort, qui revêt ici les traits d'une femme fatale, Angelina de la Mortaime. Samsa, considérant qu'il n'a pas vécu, décide d'ouvrir les négociations : il exige de la Mort que chaque instant perdu lui soit remboursé en monnaie de vie. Commence alors un long pourparler qui le conduira jusqu'aux instances divines et le plongera dans un entre-deux monde, sur fond de crise sociale. L'Encyclopédie se démarque des précédents textes de l'auteur : il s'agit ici d'un Miracle des temps modernes, où un homme ordinaire est confronté à la crise sociale et tente de retrouver sa place dans un monde en pleine mutation. Par le biais de la satire et du grotesque, Slobodan Šnajder dissèque la société croate, et plus largement, un monde en faillite dans lequel les vies sont bradées. L'Encyclopédie du temps perdu a reçu en 2009 le prix Marin Držić (Croatie) pour la meilleure œuvre dramatique de l'année, ainsi qu'en 2010 le prix du Théâtre Royal de Cetinje (Monténégro).

 

15,00 € l'unité

Patriotic Hypermarket

Jeton Neziraj,Milena Bogavac

Patriotic Hypermarket est composé de vingt-sept instantanés, dans lesquels apparaissent une vingtaine de personnages/témoins. Il n’est pas question ici d’un récit linéaire, mais de fragments d’histoires personnelles enchevêtrés à la grande Histoire. Les différents témoignages nous plongent dans une rétrospective des événements de 1989 à 1999, ce qui confère au texte son caractère documentaire. Les personnages, des anonymes, des petites gens parfois dépossédées de leur nom, sont issus de la réalité d’un nouvel état qui se construit sur un champ de ruines. Ils sont tour à tour victimes, bourreaux, témoins et acteurs d’une société en transition. Et les scènes de racisme qui rythment leur quotidien ne vont pas sans nous rappeler les maux de nos sociétés occidentales. Jeton Neziraj et Milena Bogavac écrivent un théâtre qui a un intérêt tant par sa force, par les interrogations scéniques qu’il pose, que par le portrait de l’humain qui y est fait. Dans une langue poétique et rythmée, l’homme y apparaît, certes, marqué au plus profond de son intimité par la décomposition de son univers. Mais dans le portrait qui est fait de lui, même si l’angoisse règne, une pulsion de vie prend le dessus.

 

15,00 € l'unité

Maïdan Inferno

Neda Nejdana

« C'est un talent rare de pouvoir ainsi se placer dedans et dehors, participer à l'exaltation (et à la peur)    commune aux manifestants de Maïdan, tout en gardant le recul nécessaire pour éviter le simplisme d'une opposition manichéenne entre deux forces, et pour donner au lecteur/spectateur non ukrainien de quoi    alimenter son propre jugement critique.» écrit au printemps 2014, au moment des évènements en Ukraine, Maïdan Inferno s'inscrit dans plusieurs   réalités. La première est celle de l'Euromaïdan, avec des étudiants, un musicien, une journaliste, une infirmière, un prêtre qui participent aux actions de protestations contre les crimes du gouvernement alors en place. La seconde est celle des monologues intérieurs des personnages, leurs sentiments et leur réflexion sur la situation. Enfin la troisième réalité est virtuelle, c'est celle des réseaux sociaux. Derrière les combats et les destins croisés, un mouvement d'évolution qui va modifier profondément les mentalités de tous. Maïdan Inferno est la première œuvre dramatique traduite de l'ukrainien à entrer au répertoire du théâtre francophone. Texte écrit dans le cadre d'une résidence d'écriture à la Maison d'Europe et d'Orient, avec le soutien de la Région Île-de-France.

 

12,00 € l'unité

Protohérissé (B.P.: Unabomber)

Zdrava Kamenova,Gergana Dimitrova

Protohérissé (BP : Unabomber) fusionne l’écologie et le terrorisme. C’est un texte de théâtre éco-terroriste, qui pose d’importantes questions contemporaines, mais sans perdre le sens de l’humour. Les sources documentaires, la composition fragmentaire et la polyphonie des différents regards entremêlent les destins de Ted Kaczynski, brillant professeur de mathématiques devenu terroriste, et de l’échidné, un très ancien mammifère ovipare et intelligent, sorte de croisement entre le hérisson et l’ornithorynque, en voie de disparition. Tandis que « Unabomber » commence à mettre en application ses moyens radicaux afin d’avertir la société des dangers d’un trop rapide développement technologique pour la dignité humaine (voir son Manifeste « La Société industrielle et son avenir »), l’échidné, probablement déjà présent sur Terre à l’âge de glace, est condamné à errer à la recherche d’un congénère. Tendue, chargée émotionnellement, jouant d’un humour fin et défendant une position citoyenne authentique, la pièce offre de sérieuses potentialités pour un théâtre inventif et engagé. Prix Icare de dramaturgie en 2012.

 

25,00 € l'unité

D'aventures en miracles

Olivier Descotes

Si le théâtre grec de la période contemporaine suscite un vif intérêt à l’étranger depuis la crise qui a frappé le pays, c’est un pan totalement méconnu du répertoire qui se trouve révélé avec ce Panorama des écritures théâtrales de la Grèce moderne (1830-1957). Puisant aux sources de la «Révolution grecque», la production théâtrale écrite entre l’indépendance et la fin des années 1950 est toujours amplement jouée aujourd’hui, avec des mises en scène qui en renouvellent l’approche; elle fait partie intégrante du patrimoine théâtral néo-hellénique. Les dix pièces choisies, bien connues de nos contemporains en Grèce, sont autant de portes d’entrée dans leur culture, du drame à la comédie: on y voit poindre des thématiques comme le poids de l’autorité parentale, l’embourgeoisement, le clientélisme, la corruption, l’ingérence étrangère en Grèce, l’affrontement entre les milieux populaires et une certaine oligarchie... autant de thèmes qui résonnent aujourd’hui dans ce pays avec une acuité déroutante.

Contient (textes intégraux) : de Antònios Màtessis, Miltiàdis Hourmoùzis, Dimìtrios Vyzàntios, Alèxandros Rìzos Rangavis, Spyrìdon Peresiàdis, Ilìas Kapetanàkis, Grigòrios Xenòpoulos, Pantelis Horn, Iàkovos Kambanèllis, Yòrgos Sevastìkoglou.

 

25,00 € l'unité

De la dictature à la crise

Olivier Descotes

Si un premier volume, D’aventures en miracles, avait offert un panorama des écritures théâtrales de la Grèce moderne à travers la traduction inédite de dix pièces allant de la guerre d’indépendance grecque jusqu’à la fin des années 1950, ce second, De la dictature à la crise, prend le relais, avec onze œuvres écrites des années 1960 à nos jours. Elles offrent autant de points d’entrée dans les multiples paradoxes d’un pays qui, de la dictature des colonels à la crise des temps présents, n’aura cessé de faire parler de lui dans cette Europe qui lui doit tant. Les pièces sélectionnées témoignent d’une évolution majeure, dans les cinquante dernières années, du théâtre grec, qui surpasse le réalisme pour faire émerger une parole de plus en plus poétique, mêlant volontiers l’intime et le politique. Diverses par l’écriture, le ton ou les sujets, toutes attestent que le théâtre grec est aujourd’hui pleinement au cœur de la scène européenne contemporaine.

Contient (textes intégraux) : de Pètros Màrkaris, Vassìlis Ziògas, Yòrgos Dialegmènos, Andrèas Stàikos, Iàkovos Kambanèllis, Pàvlos Màtessis, Dimìtris Dimitriàdis, Loùla Anagnostàki, Maria Efstathiadi, Yànnis Tsìros, Yànnis Mavritsàkis.

 

12,50 € l'unité

L(s)1

Nathalie Bassand

De Kyoto à Paris, en passant par Lahore et l’Atlas, trois tableaux où des destins de femmes se déploient dans une danse de mort. La petite L., fille d’un diplomate espagnol tombé en disgrâce, traverse la première pièce en silence, privée de parole. Ce sont ensuite deux Pakistanaises exilées à Paris qui dialoguent dans un appartement, la nuit. Sur fond de non-dits, de soupçons et d’accusations à peine voilées, l’une d’elles convoque sur scène les fantômes du passé en racontant à l’autre l’étrange transaction qu’elle a conclue avec un homme. Dans le contexte apocalyptique du troisième volet, deux femmes sont confrontées à leur destin, à l’obligation de faire un choix dont l’issue est incertaine. L’écriture de Nathalie Bassand joue volontiers avec le registre fantastico-poétique. Elle repose sur l’incomplétude, et le trouble qui en découle. Dans ce triptyque en forme de poème dramatique, il est question de l’humain tombé en disgrâce, de l’esprit dévoyé qui s’est détourné de sa nature divine originelle. Chacun des textes propose une variation sur le thème de la violence, manifestation et conséquence inévitable de l’état de disgrâce. La violence et son cortège d’attributs : l’impunité, la perte, de soi, de l’autre, la vengeance, la folie des femmes sont autant de motifs qui traversent l’écriture de Nathalie Bassand de manière récurrente. L(s)1 a reçu le prix Jean-Jacques Lerrant 2015, décerné par les Journées de Lyon des auteurs de théâtre.

 

19,00 € l'unité

Le Président vient te voir ce soir / Le Monde de Tsitsino / La Maman de Poutine

Lasha Boughadzé

Ces trois textes de Lasha Boughadzé sont une réaction poétique et ironique aux conflits dans le Caucase, de la Tchétchénie à la Géorgie. Comme à son habitude, l’auteur s’empare de la réalité pour imaginer une fantaisie absurde et drôle, farfelue et rythmée. La nuit de l’attaque, le Président géorgien tente de se cacher chez ses concitoyens pour échapper aux bombardements russes, mais finit par atterrir au beau milieu d’une émission de téléréalité en direct. Tsitsino est une sorte de Jeanne d’Arc géorgienne, qui entend des voix lui ordonnant de mettre fin à la guerre en Tchétchénie, nouvelle qui reçoit un accueil mitigé. Mais son destin est bouleversé lorsqu’elle réussit à désarmer un terroriste et dorénavant, chacun croit en elle comme au messie. Inspiré d’un fait réel, La Maman de Poutine est le monologue d’une Babouchka géorgienne qui prétend être la mère du président russe, peut-être parce que Staline était natif du pays. L’auteur réinvente ici ce personnage, qui ressasse l’histoire de cette satanée frontière qui se déplace tout le temps, et finit par tomber dans un fanatisme glaçant.

 

15,00 € l'unité

N.I.M.B.Y. / Dialogue avec un calendrier bulgare

Véronika Boutinova

N.I.M.B.Y. : à Calais, Jean-Bert loue sa chiotte-douche aux migrants de passage, profitant de la misère des étrangers pour adoucir un tant soit peu la sienne ; c'est dans cette pièce sordide qu'il assistera malgré lui à l'accouchement d'une réfugiée africaine. Dialogue avec un calendrier bulgare : un quinqua solitaire discute avec la femme dénudée d'un calendrier érotique, qui prendra bientôt chair pour le supplier de lui faciliter l'obtention de la nationalité française. Veronika Boutinova est une auteure du lieu : ses personnages en errance cherchent un endroit où vivre bien. Ces deux pièces nous parlent aussi de l'accueil fait en France à des hommes, des femmes en quête d'un quotidien banal et sécurisant. Les situations sont rudes, les relations humaines rugueuses, pourtant il se dégage des pièces de l'auteur et de sa langue poétisée un humour tenu, grinçant, et surtout un souci d'humanité, un appel à la lucidité et à l'altruisme.

11,00 € l'unité

Remontée

Gagik Ghazareh

Hallucination, extase, frénésie, ou une combinaison de tout cela ? Ce scénario scénographique est construit comme une mosaïque de tableaux contradictoires, dans un espace-temps mouvant, habité de déplacements arbitraires et de strates allégoriques de second plan qui détournent de l’action principale. Le héros, protéiforme et universel, s’efface. Le récit se fait parfois document, hybride foisonnant par sa structure et par sa forme.
Remontée est sans contexte un objet théâtral étrange et complexe. Les répliques, comme orphelines, ne sont pas affectées à un personnage. Le temps est insaisissable, tantôt plongeant jusqu’au tréfonds des âges, tantôt éclatant d’actualité. Une procession funèbre nous fait cheminer, au son du doudouk, entre un cimetière, une boîte de nuit, une université, les sous-sols du KGB... Et, comme un incessant rappel, assourdissant : « A, Ar, Ara, Armen, Arménie, Araxe, Ararat… »

 

25,00 € l'unité

Le Spectateur condamné à mort / Mais, maman, ils nous racontent au deuxième acte ce qui s'est passé au premier / Les Chevaux à la fenêtre / Mais qu'est-ce qu'on fait du violoncelle ? / Théâtre décomposé ou l'homme-poubelle

Matéi Visniec

Voici enfin réunies en un seul volume les dernières pièces écrites par Matéi Visniec dans son pays d’origine, la Roumanie, avant qu’il ne la quitte en 1987, et les premières qu’il a écrites en France. Une anthologie qui tient lieu d’arc dans le temps, reliant une période très sombre et le début d’une reconstruction, pour un théâtre à la frontière entre deux langues et deux cultures, entre deux mondes et deux époques historiques. Si les relations entre l’individu et le pouvoir, ainsi que la dénonciation de toute forme de manipulation idéologique, y sont des thèmes récurrents, l’écriture de la période roumaine fait se côtoyer fable philosophique, métaphore et allégorie, quand, en France, l’auteur choisit une écriture fragmentaire et un travail sur la dimension abyssale du mot. Un théâtre qui agit comme un passeur, nous aide à décrypter le monde comme à plonger en nous-mêmes, tout en gardant intactes autant sa fraîcheur poétique que sa force de frappe sociale.

 

12,00 € l'unité

Kichinev 1903

Haïm Nahman Bialik,Zohar Wexler

Kichinev 1903 raconte les journées des 6 et 7 avril 1903, dernier jour de la fête de Pessah et jour de la Pâque orthodoxe, théâtre d’un terrible pogrom à Kichinev, alors dans l’Empire russe. Pogrom qui a tué une cinquantaine de Juifs et en a blessé plusieurs centaines d’autres. Le monde en fut scandalisé. Haïm Nahman Bialik est envoyé sur place pour recueillir les témoignages des survivants. Bouleversé, le jeune poète, père fondateur de l’hébreu moderne, écrit Dans la ville du massacre, un cri de rage qui enjoint aux Juifs de prendre leur destin en main et de défendre leur dignité d’homme. Un siècle plus tard, Zohar Wexler fait ses premiers pas dans la ville de naissance de ses grands-parents. Du voyage naît un spectacle en deux parties, un récit intime et le poème légendaire, qui sera créé en 2010, à la Maison de la Poésie à Paris.

 

15,00 € l'unité

Les Monologues de Gaza

Iman Aoun

À l'hiver 2008-2009, l'opération militaire israélienne « Plomb durci » dans la bande de Gaza conduit à la mort de centaines de Palestiniens, dont de nombreux enfants. Deux ans plus tard, le théâtre Ashtar offre une tribune aux voix de jeunes Gazaouis qui ont vécu les violences de la guerre et de l'injustice. Un atelier d'écriture, trente-trois expériences de vie pour surmonter la déshumanisation systématique engendrée par l'oppression permanente. Et quand la colère et la frustration se transforment en espoir et en changement, c'est un tout nouveau monde qui se révèle. Le théâtre Ashtar a été créé en 1991 à Jérusalem par deux comédiens palestiniens, Edward Muallem et Iman Aoun. Implanté aujourd'hui à Ramallah, il propose des formations théâtrales intensives à la jeunesse locale, et se positionne clairement en agent du changement en Palestine. Mis en scène en 2010 par Ali Abu Yasin, Les Monologues de Gaza ont été très largement présentés à travers le monde

15,00 € l'unité

La Gorge

Žanina Mirčevska

"..." a faim. "..."est un chauffeur de bus au chômage, en errance dans la forêt. Chacune de ses rencontres renforce inéluctablement sa boulimie obsessionnelle. Ses absorptions compulsives et symboliques, de la gorge à l'estomac, lui font avaler jusqu'à son nom, puis, jeté dans une spirale infernale, envisager de se dévorer lui-même ! Grâce à une écriture rythmée, scandée, passée au hachoir, Žanina Mirčevska interroge ici l'avidité, la recherche insatiable du plein, le désir impossible à assouvir, le vertige monstrueux de la consommation. Elle nous envoie à l'illusion de notre condition, à l'absurdité existentielle de l'homme des temps modernes.

 

15,00 € l'unité

Cunégonde en Carlaland

Venko Andonovski

Le monde est un asile psychiatrique. Une Macédonienne, Cunégonde, promise au Français Candide, se rend à Carlaland. Elle y découvre la société froide, pragmatique et rationnelle de l’Occident, pays de cocagne illusoire où les fous se promènent où bon leur semble. Venko Andonovski, qui questionne la justice et la folie, veut réveiller les Macédoniens de leur rêve de départ vers un eldorado fantasmagorique et les ramener dans leur jardin afin qu’ils le cultivent enfin. Une pièce ironique et insolente traversée par un comique grotesque entre humour blanc et satire noire, rythmée par les apparitions du philosophe Michel Foucault et les emprunts savoureux à la célèbre pièce de Voltaire. Un miroir à double face où l’Europe et la Macédoine se regardent l’une l’autre.

15,00 € l'unité

Černodrinski revient à la maison

Goran-Stefanovski

C’est une pièce sur un personnage Qui-N’Est-Pas-Là, et qui est pourtant le personnage principal. Il est omniprésent et brille par son absence. Il ne s’agit pas d’un anonyme ni d’un inconnu. Au contraire, il s’agit de Vojdan Černodrinski, l’un des fondateurs du théâtre macédonien, dont la biographie est aussi riche et tumultueuse que les événements qu’il a vécus. Černodrinski revient à la maison suit les traces profondes et magnétiques que le célèbre dramaturge a laissées dans l’inconscient collectif. Avec une structure en fragments, un style direct et plein d’humour, une galerie de personnages confrontés à des situations ubuesques, Goran Stefanovski nous emmène ici bien plus loin que le simple hommage, au point que chacun pourra, par-delà les nationalités et les générations, reconnaître son propre Černodrinski.

 

Résultats 1 à 20 sur 93